Résumés des enseignements

A partir d’exemples tirés de théories sociologiques et d’études renvoyant à des problèmes d’actualité nationale et internationale, ce cours s’intéresse aux notions de déviance, de normes et de contrôle social.

Il passe en revue les concepts principaux et les différentes démarches et méthodes empruntées pour comprendre les milieux de la déviance et investir des terrains souvent difficiles.

SOCIOLOGIE DE LA DEVIANCE
LICENCE 1

Ascetics preparing and smoking opium outside a rural dwelling in India. Gouache painting by Kavala, i.e. attributing the painting to Kuwala (Kawala 19th century.

CANNABIS :
ACTEURS,
ORGANISATION,
SAVOIRS
LICENCE 3

Existe-t-il, dans certains cas, une organisation sociale de la déviance, qui aurait valeur d’une sous-culture ?

Ce cours entend présenter la question de la déviance sous un angle non-institutionnel. Il analysera comment certains groupes de déviants et d’extra-légaux construisent des normes et des régulations de l’intérieur.

En adoptant une approche critique, nous verrons les apports et les limites de différentes théories qui ont expliqué le phénomène de la déviance. Le phénomène de la déviance est un objet sociologique complexe, pouvant avoir des explications et des finalités diverses, et qui se situe à la croisée de différentes disciplines.

Pour l’illustrer, ce cours s’appuiera sur un travail empirique de plus de quinze années sur la culture de cannabis au Maroc. Dans une recherche de cette durée, le temps passé sur le terrain permet d’observer des modifications dans le champ des normes et des déviances et garantit une authenticité du discours des déviants, acteurs de phénomènes cachés et souterrains.

Ce cours a également pour objectif d’ouvrir des pistes de recherche qui s’inscrivent à la croisée de la sociologie économique et de la sociologie de la drogue. Ainsi, le travail dans le monde de la drogue est considéré ici comme un travail.

Femmes désherbant le cannabis (Rif, Maroc). Kenza Afsahi, 2004. 

© Kenza Afsahi

Partant des thématiques de l’économie et de la finance, ce cours s’intéresse à différentes manières d’appréhender le réel avec l’outil cinématographique.

À partir d’une sélection de films documentaires et de fictions, nous verrons comment le cinéma appréhende les questions de travail, de chômage, de précarité, de richesse, de dettes et de spéculation. Comment les outils visuels et sonores, qu’ils soient techniques ou dramaturgiques, rendent-ils compte de la question économique ? Quelles sont les représentations sociales de l’économie et de la finance dans les films ? Tout en  accordant une place importante à la démarche ethnographique, ce cours interrogera aussi des questions souvent reléguées à un plan secondaire en sociologie visuelle : l’intention d’auteur, le point de vue de réalisateur, les choix esthétiques, la mise en scène, etc. 

SOCIOLOGIE
VISUELLE
LICENCE 2 ET 3

L'Usuriere. D. Sornique sculp. ; F.A. Kraus pinixt, 18 th.

L’implication des femmes et les rôles qu’elles jouent dans l’économie de la drogue, et plus largement dans les activités illégales, le crime et la déviance, sont sous-estimés et peu documentés dans la littérature académique.

Ces rôles sont souvent difficilement observables et mesurables. L’objectif de ce séminaire est de s’interroger sur les caractéristiques propres à la déviance et à la criminalité féminines. À travers des cas tirés du monde de la drogue (consommation, transport, production et trafic), nous développerons au cours du premier séminaire une réflexion sur les spécificités du travail féminin dans les cultures de plantes à drogue (cas du Maroc). Le deuxième séminaire portera sur les femmes et la drogue en milieu urbain.

Seront notamment abordés les cas des femmes qui fabriquent et vendent du maajoon (pâtisserie à base de cannabis) dans les villes de Meknès et de Rabat au Maroc ; des jeunes délinquantes brésiliennes dans le trafic de drogue à Belo Horizonte au Brésil ; les femmes toxicomanes du Canada et des Etats-Unis ; et enfin la représentation dans les médias de Griselda Blanco, trafiquante emblématique de cocaïne en Colombie. Ces séminaires articuleront les problématiques relatives aux normes et aux déviances aux logiques d’une activité économique illégale.

The Munitions girls, women working at Kilnhurst Steelworks during the First World War. Alexander Stanhope Forbes, 1918.

FEMMES,
DEVIANCE ET MARCHE DE LA DROGUE
Séminaire
de recherche
MASTER

La « green criminologie » s’intéresse aux impacts des activités humaines légales et illégales sur la Nature, entendue ici dans un sens très large : flore, faune et humanité, terre, territoire, espace, air et eau. Cette nouvelle discipline convoque des questions de déviance, de criminalité, de justice, de droit et d’environnement, tout autant que des sujets de santé, d’économie ou d’agronomie. Elle interroge continuellement les frontières entre légalité et illégalité tout en dialoguant avec des acteurs multiples et en gérant des préjudices difficilement mesurables. La question des préjudices et du devenir de la nature est d’autant plus difficile à appréhender que la définition de la nature est liée à des croyances et à une construction sociale, politique, juridique et culturelle situées.

Pour faire face à ces questionnements multiples, la « green criminologie » se développe à juste titre depuis une vingtaine d’années dans le milieu anglo-saxon et depuis peu dans les milieux francophones. 

Si elle est en train de se constituer en discipline, les travaux sur les thématiques touchant à la Nature dans différentes disciplines en sciences sociales ou du vivant ne sont pas récents. 

Ils se sont notamment enrichis récemment des actions des militants et des mouvements sociaux  éco-féministes à travers le monde, mettant en lumière à l’expérimentation scientifique ?

Dans le cadre du séminaire, nous aborderons le développement de cette discipline lors des vingt dernières années et sa constitution en science critique car elle s’intéresse non seulement aux actes criminalisés mais aussi plus globalement aux actes déviants et aux questions de justice. Nous nous intéresserons à certaines études développées dans et en dehors de la discipline.  La chasse légale ou illégale et le trafic d’animaux sauvages, la culture illégale de cannabis, l’utilisation des armes chimiques pendant la guerre du Rif (1921-1926), l’agriculture industrielle dans le cadre du Plan Maroc Vert au Maroc, la bio-piraterie feront partie des thématiques soulevées, et d’autres thématiques pourront être suggérées par les étudiants. Les questions de justice environnementale et d’inégalités Nord/Sud seront également interrogées (délocalisation des déchets, des activités économiques polluantes, etc. dans les Suds). 

GREEN 
CRIMINOLOGIE
Séminaire
de recherche
MASTER

"Sing", Visualising the human breath, Jayne Wilton, 2005

JEUX D'ECHELLE ET CONSTRUCTION DE MARCHE DE SEMENCES DE CANNABIS
MASTER

À partir de l’exemple de la production et de la circulation de savoirs dans le marché international de semences de cannabis, ce cours propose d’observer de multiples jeux d’échelle entre des acteurs très localisés, à faible mobilité, comme les cultivateurs de cannabis dans les pays du Sud, et des acteurs transnationaux, à forte mobilité comme les breeders/semenciers qui évoluent dans des espaces et des cadres réglementaires diversifiés (légalisation, dépénalisation, illégalité). Ces jeux d’échelle permettent de réfléchir à la construction de marchés controversés avec de fortes inégalités économiques, sociales et juridiques (brevet et propriétés intellectuelles) entre les acteurs.

Ouvrier agricole semant des graines. Peinture murale médiévale dans l’Eglise d’Easby, Richmond, North Yorkshire, UK

© Romane Poquet 

les textes, les images fixes et animées sur ce site sont soumis à des droits d’auteur